Contrat de rivière Dyle-Gette

mardi 22 août 2017

Installation de nichoirs à Cincle plongeur et à Bergeronnette des ruisseaux à Court-Saint-Etienne

Court-Saint-Etienne, c'est la convergence de trois vallées, de trois rivières : l'Orne, la Thyle et la Dyle

C'est en 2011 que la Commune de Court-Saint-Etienne, par l'intermédiaire de son éco-conseillère de l'époque, Marie-Astrid HARDY, fait suivre un appel à projet de la Province du Brabant Wallon à notre asbl Le Patrimoine Stéphanois.

nichoir

Il n'en fallait pas plus pour aiguiser l'envie du groupe de travail Nature de l'asbl de déposer un projet. Certes ambitieux, le projet comprenait aussi bien du matériel afin de réhabiliter des sentiers et aider à l'éradication d'invasives, que des aspects plus didactiques comme la construction de nichoirs avec des écoles primaires de l'entité stéphanoise (c'est-à-dire de Court-Saint-Etienne), des installations de nichoirs à oiseaux, depuis les nichoirs fermés à Mésanges charbonnière, aux nichoirs à Chouette hulotte en passant par les semi-ouverts à Rouge-gorge familier,... et Gobemouche gris (si si!) et enfin des nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux et Cincle plongeur (si si!) .... et plus et plus encore d'idées non concrétisées mais il fallait s'arrêter !

Dans nos contacts pour préparer le dossier, notre voisine de l'entité de Genappe, Michèle FOURNY pour asbl. Environnent Dyle à Genappe, nous a aidés dans un choix de matériel de gestion. Jérémie GUYON du Contrat Rivière Dyle-Gette nous a conseillés sur l'éradication des balsamines... et nous a fait suivre un article technique sur l’implantation de nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux et Cincle plongeur .

Heureuse surprise, quelques mois plus tard, le projet est accepté dans sa totalité !

Branle-bas de combat, les achats sont rondement menés, les appels à volontaires sont lancés afin d'étoffer nos troupes pour les réalisations. Et voilà le nouveau départ d'ouverture de sentiers, d'arrachages de balsamines, de pose de nichoirs dans les mois et années qui suivirent. Nos fiches-actions du CRDG étaient donc entre-autres, l'arrache des balsamines et le suivi des nichoirs à Bergeronnette et Cincle.

En pratique, avant la pose des nichoirs à Bergeronnette et Cincle, un courrier est envoyé à la Commune avec une vingtaine de sites potentiels d’accrochage sous les ponts. Un accueil favorable nous est adressé en interdisant certains points qui, à juste titre, pouvaient constituer une entrave au passage des eaux. Mais il restait bien plus de points d’accroche que de nichoirs proposés dans le projet.

En waders, avec échelle et perceuses sur accu, nous avons placé 14 nichoirs « sous les ponts ». Très rapidement, deux vont disparaître , sans doute trop visibles et trop facile d'accès à ce prédateur bien connu, l'homme ! Dans les années qui suivront, 2 autres seront perdus lors de travaux d'entretien des ponts. Et enfin les inondations catastrophiques de juin 2016 auront eu raison de 4 autres nichoirs. Il nous en reste donc 6 toujours bien accrochés. IMG 7632

Si le pic de nidification des Bergeronnettes de ruisseaux est la première semaine d'avril, et sa présence avérée par des chaînes de points d'écoute, si les Cincles plongeurs ont été vus ces dernières années en période potentielle de nidification à Wavre , Villers-la-Ville et Bousval , est-ce un hasard d'observateurs ?

Bergeronnette ruisseaux Cincle Plongeur

A la demande de Jean-Marie, nous venons de refaire cette dernière semaine de mai 2017 une observation des 6 différents sites, par 5 minutes de présence à proximité immédiate des nichoirs. Sur 4 d'entre eux, la Bergeronnette de ruisseaux a été vue (3 sites) ou entendue (1 site)

Hasard de cette présence récurrente mentionnée seulement ces dernières années des Cincles plongeurs, hasard de la présence des Bergeronnettes des ruisseaux au niveaux des ponts visités ? Le hasard existe-t-il ou avons-nous suscité un intérêt aux oiseaux de passage ? Nous vous laissons seul juge... mais dans le doute, pour obtenir la réponse, pourquoi pas tenter l'expérience, chez vous, et nous donner vos nouvelles de vos ponts?

En comme guide pratique :
1) en savoir plus sur le Cincle plongeur
2) en savoir plus sur la Bergeronnette des ruisseaux
3) acheter le nichoir spécialisé par exemple
4) fabriquer le nichoir spécialisé par exemple
5) à lire ABSOLUMENT le guide technique pour l'intégration de gîtes de nidification
6) déposer les observations
7) et enfin rêver avec Dimiti CRICKILLON qui nous a bien amicalement permis de reprendre ses photos de Cincle plongeur et Bergeronnette des ruisseaux pour cet article

Jean Philippe LEFIN
pour le Patrimoine Stéphanois asbl
http://www.patrimoine-stephanois.be

Merci à Jean-Marie TRICOT pour cette proposition de partager avec vous cette fiche-action du Patrimoine Stéphanois asbl.


 Focus espèces

Cincle plongeur

Cincle plongeur JGuyon
Photo J. Guyon

Le cincle plongeur est un petit oiseau de la taille d’un étourneau, à l’aspect plutôt rondelet. Marron sur le dessus de la tête, les ailes et le ventre, il présente un large plastron blanc sur le menton, la gorge et la poitrine, ce qui le rend très reconnaissable. Son vol est également très caractéristique : très rapide et au ras de l’eau.

Le cincle est très lié aux rivières et ruisseaux présentant un courant vif et des eaux de bonne qualité. Son alimentation est majoritairement constituée de larves et d’insectes aquatiques, de crustacés et de mollusques, mais, l’occasion faisant le larron, il ne dédaigne pas non plus les œufs ou juvéniles de batraciens et de poissons si ça se présente. Pour attraper ses proies, il n’hésite d’ailleurs pas à marcher voire à voler sous l’eau !

Pour se reproduire, le cincle reste près de l’eau et va faire son nid dans une cavité de berge, d’arbre mort en surplomb de l’eau ou de vieux murs. Un simple support sous un pont peut suffire à servir d’amorce pour confectionner un gros nid en forme de boule garni de mousse.

En Wallonie, le cincle est assez commun mais reste très rarement observé au nord du sillon sambro-mosan. Ces dernières années, l’oiseau est toutefois noté de plus en plus fréquemment dans le bassin Dyle-Gette, comme ce fut le cas dans la basse vallée de la Dyle en été 2012 ou encore dans la vallée de la Thyle, notamment en hibernation en 2015. Des tentatives de reproduction ont également été observées récemment mais sans preuve de réussite jusqu’à présent.

C’est la preuve que la qualité de nos eaux s’améliore. Mais le retour de cet oiseau emblématique des cours d’eau est encore fragile, donc de grâce si vous avez la chance de l’observer dans le bassin Dyle-Gette, évitez de le déranger au risque de le faire fuir !

Bergeronnette des ruisseaux

Bergeronette des ruisseaux GNauwelaers
Photo : G. Nauwelaers

La bergeronnette des ruisseaux est un petit oiseau de la taille d’un moineau, fréquente le long de nos cours d’eau. Elle se reconnaît à son profil fin et svelte terminé par une longue queue. Le dessus de la tête, les épaules et le dos sont gris alors que le dessous de son corps est jaune. Au repos, la queue de la bergeronnette des ruisseaux peut parfois présenter un balancement vers le haut et vers le bas, ce qui lui a valu le surnom de hochequeue (NB : remarque valable pour les autres bergeronnettes également). Elle se reconnaît aussi à son vol onduleux. Comme son nom l’indique c’est à proximité des ruisseaux que vous aurez le plus de chance de l’apercevoir.

Elle va toujours construire son nid à proximité de l’eau. Elle pourra pour se faire profiter des anfractuosités des ponts ou l’installer dans une cavité voire au milieu de la végétation de la berge. Elle se nourrit principalement d’insectes aquatiques et de leurs larves, en se déplaçant rapidement sur les berges ou les rochers.
Moins exigeante que le cincle pour le choix de son biotope, la bergeronnette des ruisseaux est présente sur une bonne majorité des cours d’eau du bassin Dyle-Gette. Migratrice partielle, en hiver on peut même la rencontrer dans tous les types de milieux humides locaux.

Au gré de vos prochaines promenades en bord de cours d’eau, ouvrez l’œil et les oreilles, une bergeronnette des ruisseaux n’est jamais loin !

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be