Contrat de rivière Dyle-Gette

dimanche 24 octobre 2021

Projet LIFE RIPARIAS

Un projet LIFE Biodiversité autour de la thématique des espèces exotiques envahissantes vient de débuter en ce début d’année sur une partie du sous-bassin Dyle-Gette. Qu’en est-il dans les grandes lignes ?

Image chapeau

Les espèces exotiques envahissantes (EEE) rivulaires, et plus particulièrement la balsamine de l’Himalaya et la berce du Caucase, sont dans le collimateur des Contrats de rivière depuis de nombreuses années déjà. Vous le savez et y avez peut-être même déjà participé, un grand travail de gestion a été mis en œuvre depuis 2010 à l’échelle du sous-bassin Dyle-Gette dans le but de limiter la présence de ces espèces dans l’environnement et d'agir en conséquence. Ce travail est très ardu et demande ténacité, implication de tous les acteurs, vision stratégique et une grande force vive.

Photo 1w Photo 2w

C’est pour soutenir et amplifier tous ces efforts que le projet LIFE RIPARIAS vient de démarrer le 1er janvier 2021, pour une durée de 6 ans. Ce projet vise à améliorer les stratégies de gestion des EEE via l’élaboration de plans de gestion spécifiques à l’échelle de bassins versants entiers (Dyle, Senne et Marcq) et à promouvoir une réponse rapide dès l’observation de nouvelles EEE émergentes. Trois Contrats de rivière (Dyle-Gette, Senne et Dendre) sont les partenaires logiques de ce projet mené en étroite collaboration avec le Service Public de Wallonie, l’Agentschap voor Natuur en Bos, l’Instituut Natuur- en Bosonderzoek, le Vlaamse Milieumaatschappij, la plateforme belge pour la biodiversité, l’Université de Liège et Bruxelles Environnement, ces derniers assurant la coordination du projet.

Détecter les espèces sur le terrain

Plus concrètement, compte tenu de l’échelle de travail retenue, les espèces cibles du projet sont les plantes rivulaires et aquatiques (balsamines, berces, hydrocotyle fausse-renoncule, jussies et myriophylle du Brésil) et les écrevisses (écrevisse de Louisiane). A ces espèces déjà malheureusement largement répandues, issues de la liste de préoccupation européenne, viennent également s’ajouter des espèces dites émergentes inscrites pour partie elles aussi sur la liste européenne et sur la liste d’alerte belge. Au final, cela fait quand même pas mal d’envahisseurs à rechercher sur le terrain ☺ : tout le monde souhaitant contribuer à ces surveillances est donc le bienvenu ! N’hésitez pas à prendre contact avec les personnes de contact mentionnées en fin d’article.

Photo 3 Photo 4 Photo 5w hydrocotyle fausse renoncule
    hydrocotyle fausse renoncule

Afin de nous aider dans cette étape, divers supports seront produits et des formations à l’identification seront organisées pour les différents groupes d’observateurs intéressés (pêcheurs, plongeurs, naturalistes, etc.) ainsi que pour les gestionnaires. Une campagne pour les propriétaires d’étangs sera également menée afin de proposer de l’aide pour la détermination des espèces aquatiques présentes, la dissémination des bonnes pratiques de gestion et des conseils éventuels pour des espèces aquatiques indigènes non-envahissantes.

Photo 6w jussie à grandes fleurs Photo 7w myriophylle du Brésil Photo 8 écrevisse de Louisiane
jussie à grandes fleurs myriophylle du Brésil écrevisse de Louisiane

Mise en place des plans de gestion

Les 2 premières années (2021-2022) seront principalement consacrées à des inventaires de terrain, le long des cours d’eau, dans la plaine alluviale et dans les étangs connectés ou non au réseau hydrographique, ceci afin d’améliorer notre connaissance de la distribution locale de toutes ces espèces (bassin de la Dyle donc pour nous). Une fois les inventaires terminés, tous les acteurs concernés seront invités à identifier les zones prioritaires pour la gestion (avec l’aide d’un outil informatique développé spécifiquement pour le projet) et à l’élaboration de plans de gestion par bassin versant. Les 4 dernières années seront consacrées à la mise en œuvre de ces plans de gestion et de grands chantiers seront alors engagés. Le succès ou l’échec de toutes les actions de gestion sera dans le même temps soigneusement documenté afin d’en évaluer le coût-bénéfice.

 

Photo 9 pontCdCrie O feuilles en coeur Pierre Barette Photo 10 Vanille deau Photo 11 Lysichite américain Martin Bravenboer
pontédérie à feuilles en coeur - Pierre Barette Vanille d'eau Lysichite américain - Martin Bravenboer

LIFEImage chapeau

Qu’est-ce qu’un projet LIFE ?

Le projet RIPARIAS bénéficie d'un financement issu du programme LIFE. Le programme LIFE est l’instrument financier de l’Union européenne en matière d’environnement et de changement climatique. L’objectif général du programme LIFE consiste à contribuer à la mise en œuvre et à l’évolution constante des politiques et des législations environnementales et climatiques et ce par le co-financement de projets présentant une valeur ajoutée au niveau européen.

Rédacteurs et contacts :
Dido Gosse (coordinatrice wallonne du projet LIFE) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 0497 978 439
Jérémie Guyon : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 0487 907 767

www.riparias.be

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 010/62 04 30 ou 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be