Contrat de rivière Dyle-Gette

lundi 4 mars 2024

Vous avez dit pinces, antennes et mandibules ?!

Ces animaux aquatiques que l’on ne voit pas et qui pourtant continuent de nous préoccuper

Depuis plus d’un siècle, les écrevisses américaines et turque, pour la plupart porteuses saines et donc vectrices d’un champignon nommé Aphanomyces responsable de la maladie de la peste de l’écrevisse, mortelle pour notre écrevisse indigène, trouvent en Europe un endroit chaleureux et convivial où elles se développent ... bien souvent en surnombre !

  Ecrevisse americaine Faxonius limosus

Ecrevisse américaine Faxonius limosus

Comment sont-elles arrivées là ? C’est bien simple, il s’agit de la conséquence d’actes irréfléchis au regard des conséquences occasionnées au milieu récepteur, allant de l’introduction pour la pêche aux lâchers d’individus issus de l’aquariophilie. Rappelons à ce propos qu’introduire ou déplacer des écrevisses exotiques vers le milieu naturel n’est pas autorisé.

Une fois envahies, les eaux deviennent turbides car les éléments du fond sont sans cesse triturés et remués par ces amatrices de débris organiques. La lumière du soleil n’atteint alors plus le fond de l’eau et les plantes ne s’y développent plus. Les pontes d’insectes, d’amphibiens et de poissons n’ont plus le support végétal habituel et représentent des repas de choix pour ces voraces crustacés. S’ensuit alors un déséquilibre complet de l’écosystème aquatique (physico-chimie et biologie) conduisant à la disparition progressive de ses habitants.

  Ecrevisse turque Astacus leptodactylus

Ecrevisse turque Astacus leptodactylus

Situation en Dyle-Gette

En préambule à la rédaction du projet LIFE RIPARIAS, un premier recensement d’écrevisses avait été mené courant 2018 avec l’aide de bénévoles. Nous avions ainsi recensé des présences "positives" dans 11 cours d’eau du bassin (Argentine, Lasne, Milhoux, Dyle, Thyle, Pirot, Orne, Blanc-Ri, Train, Néthen et Mille). Cette même année et les suivantes, un total de 54 étangs ont également été investigués (capture, témoignages, observations), dont 25 avec présence confirmée. Toutes les écrevisses recensées sont exotiques et appartiennent à 4 espèces :

  • écrevisse américaine
  • écrevisse de Californie (ou signal)
  • écrevisse de Louisiane
  • écrevisse turque

On le savait déjà, et ce n’était pas le but de la manœuvre, l’écrevisse à pattes rouges a disparu de nos ruisseaux locaux depuis belle lurette et ne subsiste qu’en une seule population dans le bassin Dyle-Gette. Cette population relictuelle existe grâce au plan de sauvegarde de l’espèce mis en œuvre en Région wallonne. La dynamique de cette population est bonne et le lieu d’implantation est optimal, car protégé et éloigné du réseau hydrographique, prévenant ainsi les risques de colonisation par les espèces exotiques.

Nouvelle convention et premiers résultats

Une nouvelle étude de terrain a donc été initiée en 2023  à la recherche de la présence éventuelle d’une douzaine d’espèces d’écrevisses exotiques au potentiel hautement invasif, dont 4 sont déjà présentes, et parfois largement, en Région wallonne. Comme pour les plantes, une cartographie interactive entre les 14 contrats de rivière de Wallonie a été créée et sera alimentée en continu pour renseigner et centraliser les données d’absence et de présence d’écrevisses dans un maximum de plans d’eau prospectés en Wallonie.

Ecrevisse Signal Pacifastacus leniusculus

Ecrevisse Signal Pacifastacus leniusculus

47 étangs supplémentaires ont ainsi pu être inventoriés par le CRDG cette année, sur toutes les communes du bassin. Un quart d’entre eux (12) accueillent malheureusement des écrevisses exotiques préoccupantes :

Sans titre

Répartition des espèces d'écrevisses dans les 12 étangs

Voici une cartographie de synthèse reprenant la situation actuelle connue quant à la répartition des écrevisses exotiques en Dyle-Gette :

Carte Inventaire des ecrevisses exotiques en D G

Appel à témoignages !

Pour avoir une image la plus complète possible, il faudrait qu’un maximum de sites soient échantillonnés sur le bassin ! Comme pour les plantes, nous faisons appel aux témoins et observateurs de pinces, antennes et mandibules pour identifier et encoder leurs observations. Même si ces données datent un peu, une fois prévenus, nous pourrons aller confirmer (ou pas) la présence de l’espèce. Là aussi, pour vous aider à lever les doutes en termes d’identification des espèces, il existe de très bons guides d'identification réalisés dans le cadre du projet LIFE RIPARIAS.

Propriétaires ou gestionnaires d’étangs, soupçonneux d’une présence d’écrevisses, ce message est aussi pour VOUS ! Contactez-nous pour percer à jour ce mystère aquatique, et connaitre l’espèce qui squatte votre pièce d’eau !

Contact :
Clément Miramont
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
0494/46/00/94

 

asbl Contrat de rivière Dyle-Gette - Zoning industriel, rue des Andains, 3 à 1360 Perwez - 081/24 00 40 - contrat.riviere(at)crdg.be